5 conseils pour réussir un festival tremplin

berlinmusicweek-400

Boostez votre carrière – cinq conseils pour réussir un festival tremplin

par Gideon Gottfried

Depuis le festival by:Larm, à Oslo en Norvège, jusqu’à Eurosonic Noorderslag à Groningen en Hollande. De The Great Escape à Brighton en Angleterre, au Reeperbahn Festival à Hamburg en Allemagne. Il existe de nombreux festivals tremplins et conférences musicales partout dans le monde. Les concerts sont joués par de nouveaux groupes du monde entier plutôt que par des groupes déjà bien établis, c’est ce qui rend ces événements uniques. Pour les groupes émergents, un concert dans un festival tremplin peut signifier le début de leur carrière, à conditions qu’ils fassent ce qu’il faut.

Un essor des festivals tremplins et des conférences musicales affiliées se produit depuis quelques années, indique Detlef Schwarte, l’un des principaux organisateurs du Reeperbahn Festival, qui se déroule du 17 au 20 septembre cette année. « Bon nombre de ces événements – festivals tremplins et conférences – ont été organisés seulement depuis 2005. Ce phénomène va de pair avec la transition de l’industrie musicale vers l’ère digitale : le secteur des disques a perdu de son importance et les événements tournés autour de la musique live ont pris leur essor en contrepartie. »

Les berlin music weeklive ne sont pas seulement devenus plus importants pour l’industrie dans son ensemble, mais également pour les artistes individuellement. Les nombreux nouveaux venus ne cherchent pas à gagner de l’argent en vendant de la musique, ils se concentrent plutôt sur le live. Mais comment jouer en concert si personne ne vous connaît ? Les festivals tremplins sont une des meilleures façons de le faire, mais les artistes doivent faire leur part du travail.

1. Faites-vous d’abord une idée du festival auquel vous voulez participer

Peter Smidt est le directeur créatif d’Eurosonic Noorderslag, le plus vieux festival tremplin d’Europe. Il conseille à tous les artistes de d’abord se rendre à l’événement auquel ils veulent jouer : « Je recommande d’aller voir l’événement pour se faire une idée de ce qui s’y passe, de son public, de comment il fonctionne, etc. Vous avez ensuite un an pour vous y préparer. Assurez-vous de cibler les bonnes personnes avant même votre performance. Prendre part à un tremplin est à mon sens une petite partie d’un plus grand projet et vous devriez vous y préparer comme il se doit. »

2. Développez une stratégie

Un concert dans un festival tremplin n’est qu’une pièce du puzzle, confirme Detlef Schwarte, qui préfère le terme festival « de talents ». « De nombreux groupes veulent jouer au Reeperbahn Festival, en espérant qu’ils pourront en tirer quelque chose. Les managers pensent souvent la même chose. Pour eux, il leur suffit de trouver un créneau pour leur groupe et le reste arrivera tout seul. Mais ce n’est pas du tout comme ça que les choses fonctionnent. Un concert dans un festival tremplin n’est rien d’autre qu’une partie d’une plus grande stratégie qui inclut une tournée, un plan média et ainsi de suite, afin de faire connaître l’artiste. Environ 400 groupes jouent au Reeperbahn Festival ; vous devez vous assurer que vous restez dans l’esprit des bonnes personnes. Si vous faites les choses correctement, un festival tremplin peut se révéler très efficace. Mais sinon, il n’y a que peu d’intérêt à participer – si c’est juste pour jouer et rentrer chez vous. »

3. Trouvez le parfait timing

Certains groupes enchaînent les festivals tremplins les uns après les autres sans jamais signer de contrat d’enregistrement. D’autres y arrivent après leur premier concert. « Je pense qu’il est dommage qu’un groupe joue trop tôt à Eurosonic et qu’il n’arrive pas à accéder à l’étape suivante », dit Peter Smidt. Les artistes jouant à Eurosonic ont une chance d’être sélectionnés pour l’European Talent Exchange Program (ETEP, Programme Européen d’Échange des Talents), une initiative lancée par Eurosonic Noorderslag, 81 festivals européens et 25 stations radio publiques européennes. « Les artistes sélectionnés pour l’ETEP ont l’opportunité de jouer dans d’autres festivals et de passer à la radio. Mais il faut avoir une entreprise bien ancrée pour pouvoir suivre tout ça. C’est pourquoi nous discutons toujours avec les artistes au préalable pour nous assurer que c’est le bon moment pour eux. Le timing est très important dans ce milieu », explique Smidt.

4. Discutez avec des personnes sur place

La plupart des festivals tremplins ont lieu en même temps que des conférences, où les professionnels de l’industrie de la musique prennent connaissance des dernières nouveautés du milieu lors de réunions, d’allocutions et de séminaires. Il s’agit donc également du parfait endroit pour étendre son réseau. Selon Peter Smidt, les groupes jouant dans de tels festivals devraient aussi prendre part à ces conférences. « Il est bon de rencontrer les gens et d’établir un contact personnel. Il est également important pour les professionnels de l’industrie de pouvoir discuter avec les artistes ». Après tout, les deux partis ont besoin l’un de l’autre.

Participer aux conférences a plus ou moins d’intérêt selon l’organisation de l’artiste. Detlef Schwarte explique que prendre part à des conférences est important pour les groupes émergents, car ils ne sont pas souvent entourés d’une grosse équipe. Il explique cependant : « En tant qu’artiste, il est toujours bon de connaître le milieu dans son ensemble, et pas seulement d’un point de vue créatif. Mais il est complétement justifié pour un artiste de se concentrer sur le processus de création et de ne pas s’intéresser aux médias, aux labels et à un contact direct avec les fans. C’est déjà assez fatigant comme ça de jouer un concert sans avoir à participer à une conférence au préalable » (voir également Steve Rennie : Vous en rêvez, faites-le ! (1ère Partie)).

5. Faites de la bonne musique

Tout plan de carrière échouera si la musique n’est pas bonne. Le succès sur le long terme n’est réservé qu’aux musiciens talentueux. « Les tremplins et les performances TV sont toujours un bon point, mais rien ne se serait produit ni ne fonctionnerait sans la musique elle-même », explique Moddi. Le chanteur/compositeur norvégien a appris lui-même comment jouer de la guitare et de l’accordéon. Il chante en anglais et en norvégien. Il raconte que le plus gros défi est de réussir à gérer tous les engagements tout en gardant assez de temps pour produire de la musique de qualité. Ça ne vaut le coup de se focaliser sur votre carrière musicale que si vous produisez réellement de la bonne musique. Et seulement dans ce cas suivre les éléments mentionnés plus haut vous permettra d’atteindre des résultats. Moddi en est l’exemple parfait : « J’ai rencontré mon groupe, mes agents de booking, mon équipe promotionnelle et mon ancien manager par le biais de conférences tremplins », explique-t-il. « Pour un nouveau venu sans connexion, une telle performance peut être une opportunité en or, mais j’ai aussi l’impression que participer aux plus grosses conférences sans équipe n’apporte rien. »

Selon Moddi, il n’y a aucun intérêt à payer 4000€ pour aller au SXSW au Texas, pour y être noyé dans la masse. « De la même façon, être la tête d’affiche d’une conférence régionale après votre troisième album peut être une forme d’abaissement. Le timing est crucial. » Moddi est d’ailleurs l’un des artistes se rendant toujours aux conférences lors des festivals. « Tous les musiciens ont intérêt à bien comprendre le côté business de l’industrie de la musique. Je récupère également de nombreuses idées sur comment promouvoir, distribuer et organiser mon travail durant ces événements. Il est toujours utile pour un musicien un peu vieux-jeu (je suis un chanteur de folk bloqué dans les années 70) de savoir ce qui passe en ce moment. »