Comment lancer votre propre réseau social

newsocialmedia

Comment lancer votre propre réseau social

par Rhian Jones

Avec plus de 1,23 milliards d’utilisateurs mensuels (plus de 17% de la population mondiale), Facebook est une plateforme très efficace pour atteindre des fans. Enfin, c’était le cas, avant. Certes, avoir un profil sur les réseaux sociaux est toujours un outil marketing populaire pour tout musicien, mais la portée « organique » (le nombre de personnes que vous pouvez atteindre gratuitement en postant sur votre page) a diminué drastiquement ces derniers mois. Cela signifie que de moins en moins de fans sont tenus au courant des actualités de leurs artistes préférés. Selon le groupe de rock anglais Fearless Vampire Killers, seuls 3% des 80 000 personnes ayant « liké » leur page reçoivent désormais leurs mises à jour.

Les limites de Facebook

En newsocialmediajuin dernier, Brian Bolan, directeur de l’équipe qui gère la publicité sur Facebook, expliquait que l’augmentation du nombre de contenus postés, ajouté au nombre grandissant de fans aimant des pages Facebook (augmentation de 50% l’année dernière), sont autant de raisons pour lesquelles les pages ont perdu en exposition. Et ce n’est pas une bonne nouvelle pour les petites entreprises. Fearless Vampire Killers devrait dépenser 2000£ pour promouvoir un message qui atteindra son audience entière – c’est loin d’être un détail pour les groupes indépendants et autofinancés.
Que pouvez-vous donc faire pour vous assurer que les fans aient de vos nouvelles ? Prenez les choses en mains et créez votre propre réseau social. Fearless Vampire Killers a passé les quatre derniers mois à travailler sur The Obsidian Bond – un site reproduisant les caractéristiques des grands réseaux « sociaux » et qui permettra aux fans du groupe d’interagir entre eux, ainsi que d’obtenir des contenus exclusifs.

« La réduction de la portée de Facebook nous a vraiment porté préjudice ces deux derniers mois. Nos messages n’ont pas obtenu l’attention et l’engagement qu’ils suscitaient auparavant », explique le chanteur/guitariste Kier Kemp. « L’idée générale [avec The Obsidian Bond] est de gérer ça nous-mêmes, en interne. L’une des choses que je préfère, en tant que musicien, c’est qu’une personne me dise qu’elle s’est fait un bon ami grâce à notre musique. Avec The Obsidian Bond, nos fans auront un endroit pour rencontrer des gens partageant les mêmes intérêts ; et nous aurons une plateforme pour nous adresser directement à tout notre public à la fois. ».

Un projet devenu réalité

The Obsidian Bond a été lancé mi-juillet. Les fans paient 2,99£ d’abonnement mensuel, avec une réduction pour un abonnement de 6 ou 12 mois. Vidéos, tablatures de guitare, paroles et podcasts sont quelques-uns des privilèges offerts aux abonnés de ce réseau social – en plus de pouvoir écouter un morceau de leur nouvel album chaque semaine avant sa sortie le 3 Novembre. 350 personnes se sont pour le moment inscrites – générant 1046£ de revenu supplémentaire chaque mois (il faut compter que le serveur du site coûte environ 100£).

Le groupe espère atteindre les 1000 utilisateurs d’ici quelques mois. Avec plus de 32 000 followers sur Twitter, ce n’est pas un objectif impossible à atteindre – et cela leur permettrait de gagner près de 36 000£ par an. « Les ventes d’albums chutent. Nous gagnons un peu sur les ventes digitales mais elles ne suffisent pas pour maintenir un label. Nos revenus sur les goodies se font souvent par grosses commandes ce qui veut dire que nous recevons parfois une grosse somme mais plus rien pendant un long moment.

« The Obsidian Bond est une source de revenu sur laquelle nous pouvons nous appuyer et qui n’est pas liée à quoique ce soit d’autre. Nous avons travaillé très dur pour que cela vaille le coup pour les fans– 2,99£ c’est le prix de quelques barres chocolatées ou d’une pinte, et j’espère que nos fans en tireront bien plus que s’ils buvaient une pinte. »

Comment commencer?

Alors, comment procéder ? À moins qu’un des membres de votre groupe soit un expert en programmation informatique, l’un d’entre vous va devoir apprendre. Shane Sumner, guitariste de Fearless Vampire Killers, a passé plusieurs mois à apprendre seul le développement web, ce qui ne coûte rien à part du temps. Quelques-unes des ressources gratuites recommandées par le site spécialisé Cnet incluent LearnStreet, Khan Academy, Codeacademy et W3School’s JavaScript tutorial (sites en anglais).

Une fois l’aspect technologique réglé, il faut ensuite réfléchir au design. Qu’allez-vous offrir aux fans pour les pousser à s’inscrire ? Le Insane Clown Posse ont lancé leur réseau social, Juggalobook, en 2012, et il comporte des jeux, des forums et une « JuggaloRadio » (bien que cette section doive arriver « prochainement » depuis longtemps ; notre conseil : faites attention à ce que vous contenus soient à jour!). De son côté, le site de Lady Gaga, Little Monsters, est plus centré autour de l’art et de la mode, et il offre de nombreux forums où les utilisateurs peuvent partager des photos et des mèmes.

Re-connecter avec les fans

En tant que groupe théâtral/alternatif, Fearless Vampire Killers sait que ses fans ne s’intéressent pas aux aspects les plus « grand public » (« mainstream ») de la culture. Le jeu de rôle World of Warcraft, les histoires légendaires et le concept gothique sont autant d’aspects ayant inspiré The Obsidian Bond. En plus de contenus exclusifs, le site propose une boutique en ligne où les utilisateurs peuvent utiliser une devise digitale afin d’acheter des jetons qui peuvent être ensuite envoyés à d’autres utilisateurs, des badges à afficher, des morceaux rares et des téléchargements.

« Nous voulons encourager les gens à utiliser le site autant que possible, car le problème de la plupart des médias sociaux est qu’il est facile de stagner. Si les utilisateurs ne sont pas assez actifs, ils finiront par quitter le site », dit Kemp. « Nous avons aussi voulu rendre les choses amusantes – des crédits sont gagnés par les utilisateurs lorsqu’ils interagissent et utilisent l’interface de façon répétée. Plus ils en font, plus leur rang augmente et ces rangs sont une manière de montrer à quel point ils sont fans mais aussi de se faire remarquer, ce que tout le monde recherche. »

Le projet a été conçu quand Fearless Vampire Killers a changé de manager. Après un certain temps passé avec une « grosse entreprise centrée sur la pop », qui les a éloignés de leur audience, ils ont opté pour Wiseblood Management, une petite entreprise située à Londres, qui s’occupe très bien d’eux. « Nous nous sommes vraiment sentis déconnectés, et tout ceci va donc nous aider à nous reconnecter avec nos fans et leur offrir quelque chose en échange », indique Kemp.

Alors, pourquoi ne pas faire la même chose pour vos fans?