Nos contributeurs

Brandon Miller

Brandon Miller est un chanteur compositeur vivant à Berlin, amateur de nuit à la belle etoile. Il sort son premier album en Europe ‘Everyone Here Seems So Familiar’ sous le pseudonyme Sarsaparilla avant de se décider par le suite à sortir sa musique sous le nom que ses parents lui ont donné à la naissance. Lors de ses tournées aux Etats-Unis et en Europe, il se produit sur les scènes d’énormes festivals aussi bien que dans des cuisines minuscules et assure la première partie d’artistes comme William Elliott Whitmore, John Fullbright, A Hawk and a Hacksaw, Nina Nastasia, Bear in Heaven, Pink Mountaintops et beaucoup d’autres. Lors d’un séjour à Hawaii, il se rappelle le rapide pouce en l’air et le clin d’oeil magique de Bob Dylan lorsque tout deux semblaient être les seuls épargnés par un torrent de pluie. Brandon est aussi un écrivain Freelance et un réalisateur de stop-motion. Il possède un chat blanc appelé Jogi.

Gideon Gottfried

Gideon Gottfried est né en 1985 d’origines allemandes et indiennes. Il obtient un Bachelor dans la communication au LMU de Munich et termine ensuite sa formation dans l’édition. Depuis, il travaille pour des magazines specialisés dans l’industrie de la musique en Allemagne, en Suisse tout comme en Autriche. Il se passionne pour le cyclisme, l’écriture, la cuisine et produit sa propre musique: soundcloud.com/bigeazie. Gideon a la conviction que l’industrie de la musique produit assez d’argent pour tout le monde, mais que celui-ci a simplement besoin d’être mieux distribué.

Rhian Jones

Rhian est directeur de redaction depuis deux ans pour le magazine Music Week, bible dans le milieu de la musique au Royaume-Uni. Depuis plus de 50 ans, Music Week est à la pointe de l’industrie musicale et reste une voix respectée et une source précieuse d’infos, de datas, d’analyses et d’opinions. Jones commence sa carrière de journaliste comme apprentie de Janet Murray, Guardian education freelancer. Elle réalise des interviews d’artistes reconnus et de figures importantes de l’industrie. Elle est l’auteur de nombreux articles prenant pour sujets les droits d’auteurs, la revolution digitale ainsi que l’économie du show business. Ses articles sont également repris dans le Company magazine et dans le Sunday Telegraph.

Steve Duncan

Steve n’est pas forcement le contributeur auquel on s’attend le plus dans un blog dédié à l’industrie de la musique. Originaire d’Australie, il occupe ses journées à aider les startups et les compagnies à créer des services et produits digitaux centrés autour de l’utilisateur.
Il passe cependant ses nuits à inventer des moyens d’allier son occupation à sa passion profonde pour la musique. Penser « Design » peut faire une grosse différence dans la carrière d’un musicien, il en est convaincu!
Basé à Berlin, Steve est un membre fondateur de Patterns of Perception – un collectif qui explore la scène techno actuelle, organise des événements et qui a donné le jour à une plateforme ayant pour but de promouvoir et de partager des talents uniques d’artistes du monde entier.

Skinnerbox

Olaf Hilgenfeld et Iftah Gabbai aka Skinnerbox se sont rencontrés à Berlin en 2003, dans d’étranges circonstances. Les premières années de leur alliance musicale se définissent plutôt comme un voyage electroacoustic abstrait qui s’est lentement transformé sous l’influence de la renaissance rave neo-hippie qui a envahie Berlin les années suivantes. En grandissant au côté d’organisateurs de soirées légendaires comme Bar25 et Bachstelzen, Skinnerbox a toujours su maintenir une identité bien distincte: connus pour leur show 100% live improvisés, notoirement libre de toute obligation et loin des tendances. Avec une bonne douzaine de singles et albums sous des labels comme BPitch, Darkroom Dubs, Bar25 Records, Tonkind et d’autres, Skinnerbox a réussi à se positionner bien au-dessus de la scène électronique inflationniste Berlinoise. En 2014 – après 3 ans de travail intense – Skinnerbox donne jour à un nouvel instrument Ableton Live, une drum machine épique comme vous n’en avez jamais vu de pareille: Time & Timbre.

Zilka Grogan

Zilka Grogan a commencé sa carrière comme journaliste de presse et déteste parler d’elle-même à la troisième personne. Elle décide d’arrêter d’écrire des articles sérieux pour pouvoir partir vivre à Berlin et se plonger dans la scène de la musique électronique. Ces jours-ci, elle travaille dans la communication et le contenu pour des start-ups berlinoises et dans la promotion comme freelance pour le collectif Opal and the Patterns of Perception. En Australie, pays de sa naissance, elle a écrit pour des journaux comme The Daily Telegraph, News.com.au et NewsLocal.