Shazam: nouvelle boule de cristal de l’industrie du disque?

Shazam: nouvelle boule de cristal de l’industrie de la musique?

par Martha Rowsell
 

ShazamShazam est l’une des applications portables les plus populaires de ces dernières années. C’est en effet une solution moderne à un problème très courant, et surtout très frustrant : que faire lorsque vous êtes dans un bar, un restaurant, que vous regardez la télévision ou écoutez la radio, et que vous entendez un morceau que vous aimez mais dont vous ne connaissez pas le titre ?  Avant Shazam, vous deviez taper des paroles à moitié retenues dans votre moteur de recherche, demander au DJ ou bien attendre d’avoir la chance de réentendre cette chanson ! Avec une reconnaissance acoustique et une base de données immense, comprenant plus de 25 millions de morceaux, les applications d’identification musicale comme Shazam peuvent généralement vous informer de l’artiste que vous êtes en train d’écouter.

L’entreprise a lancé son application portable en 2008. Environ 17 millions de morceaux sont identifiés chaque jour, et il y a désormais plus de 90 millions d’utilisateurs actifs selon la page des statistiques de Shazam. Il existe bien évidemment d’autres applications d’identification musicale telles que SoundHound (qui possède une fonction unique, vous permettant de chanter la mélodie dans le moteur de recherche), Hound (un cousin de SoundHound avec plus d’informations concernant les groupes, y compris les dates de concert, les sites web, etc.), MusixMatch et Spotsearch. Vous pouvez en apprendre plus en lisant cet article sur les meilleures applications pour identifier des chansons. De nombreuses personnes pensent que Shazam, le premier venu, est toujours ce qui se fait de mieux. L’application est notée 4,5 sur Google Play et iTunes App Store, et malgré le fait que les utilisateurs rencontrent parfois quelques difficultés à reconnaître certains morceaux, elle continue à gagner des récompenses et à se faire  une bonne réputation.

 

Shazam du point de vue des musiciens

L’un des points forts de Shazam est que l’application fait plus que révéler aux utilisateurs le nom de l’artiste qu’ils sont en train d’écouter. En effet, l’application inclut des liens permettant de partager le morceau nouvellement découvert sur les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook. Shazam connecte également les utilisateurs à iTunes, Spotify et Pandora, pour qu’ils puissent facilement acheter un morceau, l’écouter de nouveau ou en savoir plus à propos de l’artiste et son répertoire musical. Comme le rapporte le Billboard Magazine, « le système d’identification de Shazam a été l’un des principaux outils de découverte de l’industrie musicale, générant presque 300 millions de dollars américains de ventes l’année dernière. »

 

Prévoir les « tubes » de demain

Les données recueillies automatiquement par Shazam sont désormais utilisées pour prédire les tendances de l’industrie musicale. En effet, Les statistiques de cette application affichent quels morceaux attirent l’attention de l’audience à la radio, une fonction très utile pour les labels et les journalistes. The Guardian a partagé une liste publiée sur le blog de Shazam montrant les prédictions pour les meilleurs artistes de 2014. Ce genre de prédiction n’était pas possible auparavant, l’industrie s’appuyant massivement sur les gros labels et les faiseurs de mode plutôt que sur les véritables goûts du public. Plus les gens utilisent ce type de technologie, plus ces données peuvent être utilisées pour mieux comprendre et influencer leurs choix musicaux.

 

Qu’est-ce que ça signifie pour l’industrie de la musique?

Les géants de l’industrie musicale Warner, Universal et Sony ont récemment investi dans Shazam, sans aucun doute du fait que cette application est très populaire et permet de faire la promotion de groupes. Len Blavatnik (dont le holding Access Industries possède Warner Music) utilise visiblement cet investissement pour renforcer le partenariat entre Warner et Shazam. Les artistes de Warner seront de plus en plus mis en avant sur la plateforme. Warner espère également utiliser les données de Shazam concernant les artistes en vogue pour découvrir de nouveaux groupes qui pourraient ensuite signer avec eux. Voici ce que dit Richard Riley, PDG de Shazam, sur les Big Data dans l’industrie musicale:

« Les données de Shazam donnent la possibilité aux dirigeants de labels de savoir quels morceaux méritent plus d’investissement en terme de marketing et de promotion, et quelles chansons doivent être abandonnées. Avec des données spécifiques à des régions et des localités, cela peut également aider les groupes à déterminer dans quelles villes se rendre pour leurs tournées. »

 

Quelles conséquences?

À l’instar des services de streaming tels que Beats Music, l’interactivité avec l’utilisateur via des recommandations pertinentes et de bonnes playlists est devenue chose courante dans l’industrie de la musique digitale. Ce concept est lié au plus grand nombre de données que les services digitaux recueillent sur les habitudes d’écoute des utilisateurs et sur leurs artistes préférés.  La question est de savoir si cette transparence et cette abondance d’informations vont aider les artistes  indépendants à percer, ou si cela va simplement donner plus de pouvoir aux gros labels. Ils pourront en effet  faire la promotion de leurs artistes grâce à des accords tels que ceux qui ont été récemment signés entre Shazam et les grandes maisons de disques.  Il ne reste qu’à attendre de voir comment cela va affecter cette situation. Mais une chose est sûre : si votre musique est disponible en ligne  via un distributeur digital, les fans potentiels utilisant un service de reconnaissance musicale tel que Shazam et qui entendront un de vos morceaux par hasard seront heureux de pouvoir le retrouver et vous suivre !