Cinq raisons pour lesquelles j’ai échoué en tant qu’artiste

Cinq raisons pour lesquelles j’ai échoué en tant qu’artiste

par Gideon Gottfried

 

On trouve de nombreuses astuces pour réussir en tant que musicien. Il y a toujours quelqu’un pour raconter comment il a trouvé le succès. Alors pour une fois, pourquoi ne pas renverser le sujet et parler de qui mène à l’échec ? Découvrez pourquoi ma carrière pour devenir le prochain Notorious B.I.G s’est terminée avant même d’avoir commencé.

Ne pas utiliser les outils disponibles

Même les gideonmeilleurs outils sont inefficaces si vous ne les utilisez pas, ou si vous n’avez pas de boite à outils tout court. Et bien c’est exactement ce que j’ai fait, ou plutôt ce que je n’ai pas fait. J’étais sur Myspace et j’avais créé une page sur Facebook. SoundCloud ? YouTube ? Bien sûr! Mais ces services ne sont que la partie visible de l’iceberg. Bandcamp ? Et bien non. Tumblr et Instagram ? Non plus. Sans compter les innombrables start-ups qui ont pour objectif de rendre la vie des artistes plus facile (consultez l’article 5 façons pour les artistes de prendre leur destin en mains).

Le pire, c’est que je n’étais pas sur iTunes, ou sur le moindre service de streaming. J’aurais une excuse si j’avais dû m’inscrire et mettre ma musique en ligne moi-même. Mais il y a des services qui s’occupent de tout ça. Les agrégateurs digitaux tels qu’iMusician existent depuis longtemps et ils s’occupent de placer votre musique dans toutes les boutiques importantes.

Ignorer les superfans

Comme je l’ai déjà mentionné, j’avais créé une page de groupe sur Facebook. Au sommet de ma carrière, j’avais 874 fans. Ces personnes qui expriment leur amour pour votre musique ont une importance très particulière. C’est parmi eux que vous trouverez des « superfans ». Les superfans sont les gens qui célèbrent votre musique, même à l’époque où vous l’enregistriez avec un micro USB et que vous la mettiez en ligne sur SoundCloud sans mastering. Vous avez touché ces personnes avec quelque chose que même les équipements les plus chers ne peuvent pas rendre : votre âme. Ils la ressentent, tout simplement. Et vous devez les appréciez pour cela (voir Comment construire une base de fans et la monétiser).

Vous reconnaitrez vos superfans car ils vous enverront des messages directs pour vous dire à quel point ils aiment ce que vous faites. Et ils voudront toujours savoir quand vous produirez quelque chose de nouveau. En retour, montrez votre appréciation en leur donnant ces informations avant tout le monde. Vous pourriez même leur offrir le morceau avant qu’il ne soit disponible au reste du monde. Vous verrez, ces personnes fidèles vont promouvoir votre musique sans même que vous ne leur demandiez. L’intimité est la nouvelle exclusivité ; même les superstars telles que Taylor Swift le réalisent.

Ne pas répéter suffisamment

Il est toujours bon d’avoir un album bien produit, mais soyons honnête, il est très facile d’obtenir un son correct grâce à la technologie moderne. Et il ne faut pas oublier que la majorité des jeunes auditeurs écoutent des morceaux en mauvaise qualité sur YouTube. C’est un fait. Il est donc plus important que vous les impressionniez en concert, sans compter que les concerts rapportent souvent plus que les ventes de musique à l’heure actuelle. Certes, il y a des artistes qui sortent de nul part, mais en règle générale, il faut beaucoup d’entrainement pour en devenir un. Mais cela ne veut pas dire que vous devez devenir une pile électrique sur scène et offrir au public tout ce qu’il attend. Ce que vous faites dépend de votre personnalité. Un artiste debout sur scène, immobile, avec les yeux fermés, peut être extrêmement électrisant.

Quand je parle de performance, je veux dire la façon dont vous livrez vos morceaux. Peu importe ce que vous aimez faire, soyez efficace et faites passez votre message. Vous pouvez faire des erreurs, cela pourrait même vous rendre plus sympathique. Mais elles ne doivent pas se produire parce que vous n’êtes pas préparé. À l’époque, je commençais à répéter dans la voiture sur la route du concert. C’était à ce moment que je préparais ma setlist. Pour rester poli, vous direz peut-être que c’était un peu « punk » de ma part. Mais ce n’était pas mon cas. Je voulais devenir un rappeur. Un rappeur délivre des paroles complexes et des motifs rythmiques, et il est donc important d’avoir une bonne technique de concentration. Le public s’en rendra compte tout de suite si vous n’êtes pas préparé.

Mais le plus important lors d’un concert reste l’authenticité. N’essayez pas de copier les styles ou les attitudes de vos idoles. Si vous êtes le premier rappeur au monde à ne pas être sûr de vous à 100%, n’ayez pas peur de l’afficher. Votre public vous pardonnera tout ce que vous faites, sauf si vous n’êtes pas vous-même. J’y suis moi-même arrivé  au bout d’un moment, mais il était trop tard.

Ne pas faire du porte à porte pour mes CD

Dans toute ma carrière de musicien, je n’ai jamais envoyé ma musique à un label. Je pensais que c’était futile. Et plus tard j’en suis même arrivé à penser que le concept des labels était superflu. À l’époque, tout le monde parlait du « Do it yourself » (DIY). Je sais deux choses maintenant : DIY veut dire « Decide it yourself » (voir Decide it yourself! Que faire soi-même et que déléguer?) et les labels ne sont pas prêts de disparaître. En fait, il y a plus de labels que jamais. Ils ne vous paieront pas une énorme avance, et ne vous enverront pas tourner un clip à Ibiza. Mais un contrat avec un label est toujours considéré comme quelque chose de prestigieux (voir aussi Les 3 sujets les plus chauds de l’Eurosonic Noordeslag 2015). Même les petits labels « de chambre » sont très précieux  pour s’occuper de votre promotion. Cela ne peut pas faire de mal d’envoyer votre musique à des labels correspondant à votre style, en particulier à l’ère digitale où tout peut être effectué en quelques clics.

Abandonner

Au final, j’ai fait l’inverse de ce que toute personne voulant vraiment percer aurait fait : j’ai abandonné. Je n’ai même pas fait savoir à mes fans que c’était fini. J’ai juste arrêté de faire de la musique. Et c’est là que le bon grain est séparé de l’ivraie. Bon nombre d’artistes ne reçoivent pas un sous, mais continuent quoi qu’il arrive. Après tout, un véritable artiste n’est pas intéressé par l’argent. Il a besoin de la musique pour survivre. J’ai arrêté de faire de la musique et je me porte bien. Je ne méritais pas de gagner ma vie avec ma musique, mais c’est peut-être votre cas.

Pendant que j’y suis, si vous souhaitez savoir de quelle musique je parlais dans cet article, rendez-vous sur https://www.youtube.com/watch?v=YObo6R9JkZo ou soundcloud.com/bigeazie.